7 novembre 2017

Le point sur l'activité des volcans Erta Ale, Semeru et Fuego

Fuego, Guatemala, 3763 m

L'activité est à nouveau en hausse sur ce magnifique, et emblématique, stratocône Guatémaltèque. Le pic d'activité qui avait commencé début octobre a avorté ou, du moins, n'est pas parti en 11ème paroxysme.
C'est plutôt avec la hausse entamée il y a moins de 2 jours que les autorités parlent du "11ème pic de l'année", car non seulement l'activité explosive est en augmentation mais, en plus, deux coulées de lave ont fait leur apparition. La plus importante pour le moment est celle qui e met en place dans la Barranca Ceniza (versant sud) avec une longueur aujourd'hui d’environ 1200m. L'autre coulée se met en place sur le versant ouest (Barranca Santa Teresa/Barranca Seca) mais n'est longue que de 1000 m environ.
L'activité explosive, toujours strombolienne assez forte, reste visiblement plutôt modeste si on la compare à celle d'autres pics précédents mais, comme toujours, elle se fait entendre: ondes de chocs, dégazage très puissant produisant un son semblable à celui de locomotive à vapeur lorsqu’il est entendu dans les villages alentours (je vous explique pas le bruit à proximité de l'évent). Il semble toutefois que l'intensité ait cessé, pour l'heure, d'augmenter d'après le dernier bulletin spécial de l'INSIVUMEH. Il faudra attendre un peu pour voir si, effectivement, il a déjà cessé ou si il ne s'agit que d'une pause. Une image composée à partir des données de LANDSAT 7, traitées par Rudiger Escobar Wolf (Michigan Tech) cette nuit, et calée sur le modèle numérique de Google Earth permet d'avoir une vision globale de la situation.

Superposition d'un modèle 3D et d'une image satellite réalisée cette nuit. Images Google Earth + LANDSAT 7 /NASA-USGS - Rudiger Escobar Wolf/Michigan Tech

Pour le moment cette activité éruptive ne génère pas de problèmes particuliers mais reste étroitement surveillée en raison de la possibilité que les coulées de lave, instables, produisent des écoulements pyroclastiques.

Sources: INSIVUMEH; CONRED; LANDSAT 7 /NASA-USGS - Rudiger Escobar Wolf/Michigan Tech

Erta Ale, Éthiopie, 613 m

L'activité effusive reste abondante, mais dès le moment où le champ de lave a atteint la plaine, sa progression sur cette plaine a fortement ralenti, alors même que le débit ne semble pas avoir diminué de manière significative. En fait à environ 2500 m en amont du contact avec la plaine, un, peut-être même deux breakouts se sont produits sur la partie la plus plane du champ de lave, là où il remplit progressivement l'espace laissé vacant entre deux champs de lave bien plus anciens. Ces breakouts ont brusquement coupé l'alimentation de la partie aval du champ de lave, raison pour laquelle sa progression a diminué de manière très significative. Mais, en échange, il gagne en épaisseur et en largeur. Une partie de la lave émise par le plus récent des breakouts semble toutefois bien partie pour refaire le trajet jusqu'à la plaine (voir image de droite, le 05 novembre).

Pour le reste, rien ne change: toujours aucune activité sur le champ de lave sud-ouest, les deux lacs de lave (sommet et rift-zone) sont toujours bien présents. De nombreux sylights (toits de tunnels de lave effondrés) sont présents tout au long du parcours de ce champ de lave.


Évolution de l’extrémité du champ de lave depuis la mi-octobre. Toutes les images sont composées à partir de 3 longueurs d'ondes situées dans l'infrarouge thermique (bandes 12-11-8A). Images: SENTINEL 2/ESA-Copernicus
 Source: SENTINEL 2 - ESA/Copernicus

Semeru, Indonésie, 3676 m

L'activité éruptive reste actuellement dominée par l'effusion, qui a débuté vers juin de cette année. On ne peut certes pas la qualifier d'"abondante" car son débit reste modéré, mais ce débit a tout de même augmenté sensiblement depuis mon ost précédent, en août, car la longueur de la coulée est passée d'environ 300 m à plus de 1600 m (mesure faite fin octobre, voir image satellite ci-dessous)..

La coulée de lave, sur le versant sud-est, comme d'habitude. Image: SENTINEL 2-ESA/Copernicus

L'activité explosive n'est pas en reste visiblement, en tout cas d'après des images prises récemment au sommet, bien qu'il s'agisse toujours d'une activité modérée elle-aussi.



La situation ne génère pas de problèmes particuliers pour le moment: elle n'st pas assze intense pour cela.

Sources : SENTINEL 2 - ESA/Copernicus; Youtube

4 commentaires:

  1. Bonjour, je reviens du Guatemala. Comment puis-je vous envoyer des photos du Pacaya et Fuego ? Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Sur le mail culturevolcan@gmail.com c'est le plus simple. J'espère que vous avez pu grimper au sommet du Pacaya et voir l'activité du spatter cone: classique mais toujours très joli! Et puis c'est rare d'être aussi près d'une activité éruptive.
      Merci en tout cas de me proposer de me faire passer des photos :)

      Bonne soirée
      CV

      Supprimer
  2. Bonjour,
    j'ai pu observer l'activité du Pacaya, mais après la 3ème tentative seulement. Les conditions météo (brouillard et vent très violent) ont été difficiles fin octobre.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, avez-vous reçu mes photos du Pacaya et Fuego ? Merci.

    RépondreSupprimer